A propos de la réforme du système des retraites vers l’universalisme : retraite vs précarité ?

Ne croyez-vous pas que les politiques de tous bords, aujourd’hui Emmanuel Macron en poste avec le gouvernement d’Edouard-Philippe, sont très loin de la réalité des citoyens ?

Quand on sait qu’aujourd’hui 3 français sur 5 ont connu le chômage de longue durée au moins deux fois dans sa vie (in)active, que reste t-il pour nous autres, bénéficiaires du RSA, de l’ASS, de l’AH sinon le minimum vieillesse à 600 € par mois, qui, si je ne m’abuse n’est même pas cumulable avec l’éventuel possible d’un revenu social maintenu ?

Pourquoi ne pas envisager tout simplement un revenu universel à 1500 € par mois indexé sur les prix de produits primaires indispensables, des charges courantes de base, tout comme on le fait déjà pour le SMIC ? Je lis déjà dans l’esprit de certains d’entres-vous : « tu rêves mon pote »… et d’autres mauvais esprits rajouterai : « t’as pas beaucoup travaillé et tu veux en plus qu’on t’offre un cadeau ? Va dé rétro Fainiasse !  » Je répondrai à ces derniers que l’on ne choisi pas soi-même d’être au RSA ou au chômage de longue durée, mais que la société, les entreprises les premières concernées entre autres ! La vie toute entière nous y contraint… L’entreprenariat est effectivement une alternative à condition d’avoir les moyens, et la capacité… les milliards qu’a versé la France pour la guerre en Syrie, et d’autres dépenses étatiques aussi ridicules qu’absurdes et même injustifiées sont aussi tout autant contestables.

Nous avons là deux solutions donc : l’instauration d’un revenu universel à 1500€, revenu inconditionnel pour tous et nous avons l’argent pour le faire !

Ou bien,

Une politique du marché de l’emploi flexible à tel point que les diplômes ne vaudraient plus rien, que l’expérience professionnelle et les certificats de travail n’auraient plus aucun intérêt pour le recrutement dont la vocation première actuelle est de détruire, discriminer, démotiver le candidat qui veut travailler, en lui réclamant par exemple des preuves de son parcours : les coordonnées téléphoniques du/des client(s) pour les intérimaires, les coordonnées téléphoniques du/de (ses) précédent(s) employeur(s) pour les salariés en CDI. Bref, un droit de travailler pour tous, sans processus de recrutement.

Un marché du travail où l’entretien ne serait que pour faire connaissance et signer son contrat, sans parler de son cv, sans avoir à se justifier.

Allez, chiche, qui est partant ? hum ? Alors là, j’ai hâte de vous lire…

Publié par jeremie92

Je suis un professionnel disponible, autodidacte et motivé : je mets à disposition mes compétences en freelance, soit en portage salarial à distance en télétravail ou sur place au choix de l’entreprise : Rédacteur web sinon blogueur professionnel pour les entreprises. Je peux aussi me rendre disponible pour des tâches en fonction support tels que la gestion administrative commerciale, l’achat, les moyens généraux, les ressources humaines et même la comptabilité. Mon taux journalier s’élève à 50€. Il est demandé un acompte de 50% pour couvrir les frais. Je n’ai pas de préférence sur les conditions et l’aménagement du temps de travail, mais j’ai une petite préférence pour les branches d’activités : sociologie, médias, radios et audiovisuel. Ce qui ne veut pas dire que je me ferme à d’autres opportunités ; je suis plutôt flexible, ce que je demande en tout bonne foi c’est de la sincérité et de l’authenticité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :